mardi 27 mars 2007

Surveillance d'aujourd'hui


6 h 30 : Terminus des bus quasi désert ..Entre nuit et jour ,avec la seule tache de lumière vive du minuscule café à l'entrée du métro . Partout ailleurs ,c'est la pénombre piquetée par la lumière jaunâtre de quelques lampadaires .Sur le quai , les voyageurs sont silencieux . A des heures plus tardives , c'est un bruissement perpétuel entrecoupé de cris .

Dans le métro , un SDF épuisé se laisse lourdement tomber sur le siège en face du mien . Il dépose ses sacs près de lui et se met à tousser sans interruption : une quinte après l'autre !

Aussitôt surgissent les images de ces feuilletons médicaux américains..ceux où les plus horribles maladies tombent sur de pauvres clampins qui n'ont rien demandé :-))

L'expression " cracher ses poumons" prend tout son sens !J'essaie de penser à autre chose .

A mon arrivée ,le portier de l'école m'accueille comme une reine .Il ouvre la porte devant moi , arbore un large sourire et me salue d'un vigoureux " Bonjour Madame !"

Je fais le plein de journaux gratuits déposés chaque matin dans le hall de l'université puis je descends à la cafétéria .J'ai la bonne surprise d'y trouver une surveillante que j'aime beaucoup .

Elle m'offre un café et nous parlons de nos vies ,de nos emmerdes et de nos joies .

Un quart d'heure plus tard , direction le secrétariat . Il est encore fermé et une demi-douzaine de surveillants fait les 100 pas sur la coursive . L'horreur totale :que des vieux !On dirait un congrès gériatrique !:-))

Je retrouve quand même le joli minois souriant de F. ,une longue sylphide quadragénaire .

Les secrétaires arrivent enfin par grappes et le peloton de retraités se met en file indienne pour recevoir les affectations . Chacun repart avec son paquet de copies .

J'échoue dans une grande salle avec S . ,une inconnue .Parachutée d'une autre école de commerce , elle pose une foule de questions sur les us et coutumes de l'école .

Nos 43 candidats entrent , bientôt rejoints par le directeur des études . Beau comme un soleil mais hautain et méprisant envers la valetaille des surveillants . Ce type me donne des boutons dès que je le croise .

Nos 43 MME et MGE de quatrième année ,sont tout mimis et " propres sur eux " . Ce sont des calmes ,des gentils :pas de lolitas ,pas de punks ,pas de caricatures de mode ! Ils sont là pour travailler !

C'est ce qu'ils feront pendant 5h d'affilée , sans lever les yeux des 23 pages de leur sujet .

A 13 h ,tout est terminé . Ils défilent devant mon bureau pour signer la feuille de présence pendant que je vérifie la pagination et les numéros d'anonymat . Ma collègue joue la voiture balai et tente de rabattre les retardataires vers moi :-)

Le tableau effacé , nous claquons la porte derrière nous .

A Jeudi ?

1 commentaire:

Palladio a dit…

Donc, tu surveilles des MME et MGE, et pendant 5 heures.
Ils ont bien de la chance d'être surveillés par toi.