dimanche 6 janvier 2008

Le devoir d'être heureux





Devoir d’être heureux
Il n’est pas difficile d’être malheureux ou mécontent; il suffit de s’asseoir, comme fait un prince qui attend qu’on l’amuse ...
Il est toujours difficile d’être heureux; c’est un combat contre beaucoup d’événements et contre beaucoup d’hommes; il se peut que l’on y soit vaincu; il y a sans doute des événements insurmontables et des malheurs plus forts que l’apprenti stoïcien; mais c’est le devoir le plus clair peut-être de ne point se dire vaincu avant d’avoir lutté de toutes ses forces. Et surtout, ce qui me paraît évident, c’est qu’il est impossible que l’on soit heureux si l’on ne veut pas l’être; il faut donc vouloir son bonheur et le faire.
Ce que l’on n’a point assez dit, c’est que c’est un devoir aussi envers les autres que d’être heureux. On dit bien qu’il n’y a d’aimé que celui qui est heureux; mais on oublie que cette récompense est juste et méritée; car le malheur, l’ennui et le désespoir sont dans l’air que nous respirons tous; aussi nous devons reconnaissance et couronne d’athlète à ceux qui digèrent les miasmes, et purifient en quelque sorte la commune vie par leur énergique exemple. Aussi n’y a-t-il rien de plus profond dans l’amour que le serment d’être heureux. Quoi de plus difficile à surmonter que l’ennui, la tristesse ou le malheur de ceux que l’on aime?
Tout homme et toute femme devraient penser continuellement à ceci que le bonheur, j’entends celui que l’on conquiert pour soi, est l’offrande la plus belle et la plus généreuse.
Alain, septembre 1923.


Etre heureuse dépend -il de ma volonté ? Suffit-il donc que je le veuille ? Quelle est la part dans le bonheur qui revient à ma volonté et quelle part aux circonstances extérieures ? Est-ce que je PEUX être heureuse ? Que de questions auxquelles j'essaie de trouver une réponse quotidienne ! Je tente consciemment et chaque jour, d'être vigilante, sensible aux détails et aux gens. J'accumule les images et les sons qui me touchent et m'émeuvent. Je fonctionne comme un écureuil avant l'hiver, un hamster qui entasse dans ses bajoues.

Te souviens-tu Asma, de la discussion que nous avions eue par courriel ? je te parlais de mes jolis petits cailloux blancs que je ramassais chaque jour et que je conservais dans mon sac à bonheurs ? Ils sont ronds et polis, si agréables à regarder et à toucher et ils me servent aussi à retrouver mon chemin vers l'essentiel, comme le Petit Poucet ! Quant aux lourds cailloux noirs qui plombent mes poches - et il y en eut beaucoup trop - ma famille m'a souvent aidée à les jeter par-dessus bord..Il m'en reste quelques uns d'ailleurs, dont j'aimerais me débarrasser rapidement ! Y a t'il des gros bras ou des bras compatissants dans la salle ? :-)

1 commentaire:

asminette a dit…

viens ma bellissima je t'offre une belle paire de bras, ronds et dodus...de mains larges et solides pour te débarrasser de tes vilains cailloux noirs...
Difficile un ? la conquête du bonheur...
En fait il n'existe pas ce fichu bonheur, mais l'addition perpétuelle de petites joies...
Parfois il y a une fulgurance.. un instant suspendu dans le Temps.. tu retiens ta respiration... merveille : tu es heureuse....
P'tin que c'est bon ce machin là..
Il faut surtout ne pas hésiter à le dire, l'écrire, ne pas l'oublier pour s'en servir dans les moments Boof ......
Tu sais que tu peux toujours compter sur l'asminette - race en voie de disparition...
J'te fais une grosse bise pétaradante sur une de tes deux joues !
asminette